Le syndrome des jambes sans repos !

Comment éviter le syndrome des jambes sans repos ? Le syndrome des jambes sans repos fait partie des pathologies du sommeil qui touchent en général les membres inférieurs. Ce présent article donnera d’amples informations à ce sujet. Il convient de connaître la définition et les causes de ce trouble neurologique suivies du traitement y afférent. Comment guérir du syndrome des jambes sans repos ?

Qu’est-ce que le syndrome des jambes sans repos ?

Le syndrome des jambes sans repos ou SJSR est aussi connu sous le nom de maladie de Williw-Ekbom. Il s’agit d’un trouble qui se caractérise par un besoin incessant et incontrôlable de bouger les jambes. Cette envie de bouger vient du fait de vouloir soulager des sensations désagréables dont les fourmillements ou les démangeaisons voire les picotements et courants électriques. Pour certaines personnes, il peut aussi toucher des membres supérieurs. Cette paresthésie agitante nocturne des membres inférieurs est d’habitude accompagnée de certains troubles sensoriels comme la sensation d’inconfort voire de douleur au niveau de toutes les parties concernées.

 

jambes sans reposDans la majorité des cas, le syndrome des jambes sans repos se manifeste surtout en début de soirée et pendant la nuit. En fonction de la gravité de la maladie, les symptômes d’un SJSR sont très légers ou sévères. Ainsi, il pourrait engendrer des perturbations du sommeil voire de la qualité de vie de tous les jours surtout si l’individu qui en souffre éprouve des troubles de concentration ou de mémoire en conséquence du SJSR. Chez les enfants, le syndrome des jambes sans repos peut entraîner un déficit amnésique ou d’attention. De ce fait, l’enfant devient paresseux et il a tendance à s’endormir rapidement tout en ayant du mal à se concentrer.

Il est toutefois important de faire un diagnostic complet afin de pouvoir être sûr qu’il s’agit d’un SJSR. En effet, certains le confondent avec d’autres maladies qui provoquent les mêmes sensations comme l’akathisie, la dyskinésie ou encore des troubles reliés aux malaises des jambes ou des troubles psychiatriques.

Quelles sont les diverses causes d’un syndrome des jambes sans repos ?

Dans la majorité des cas, le syndrome des jambes sans repos est d’origine génétique. En effet, des études ont montré l’existence de plusieurs cas familiaux de concernés par le syndrome des jambes sans repos. Par contre, aucun trouble du système nerveux central ni psychiatrique n’engendre le SJSR. En outre, une carence en fer au niveau du cerveau est une de ses causes étant donné que cela engendre un dysfonctionnement des voies métaboliques de la dopamine.

À part cela, le SJSR peut aussi venir d’une mauvaise circulation sanguine au niveau des membres inférieurs surtout dans les jambes ou encore d’une insuffisance rénale terminale et même d’une anémie ferriprive ou carence en fer. À titre de remarque, la grossesse et la ménopause sont aussi des périodes durant lesquelles la future mère ou la femme peut souffrir d’un syndrome des jambes sans repos.

Comment traiter un syndrome des jambes sans repos ?

Comment guérir le syndrome des jambes sans repos ? A titre préventif, les personnes issues d’une famille souffrant de SJSR doivent modérer voire éviter les excitants tout en essayant d’avoir une hygiène de vie correcte. Mais pour soulager un syndrome des jambes sans repos, une supplantation en fer peut être nécessaire. Il existe également des médicaments permettant de soulager, voire de réduire jusqu’à sa moitié, le cas comme le recours à un placebo ou à l’administration d’une gabapentime. Selon le cas, la prégabaline pourrait aussi être recommandée par le médecin traitant. C’est le ropinirole qui est le traitement le plus conseillé pour un syndrome des jambes sans repos.

En cas de forme de SJSR réfractaire, le traitement par oxycodone et méthadone peut améliorer les symptômes. Cependant, cet agoniste des récepteurs dopaminergiques peut avoir divers effets indésirables comme devenir une source de crises. Il provoque entre autres des nausées ou des céphalées, une somnolence, une hypotension orthostatique, des vertiges, certains troubles du rythme cardiaque ou psychique. Mais le problème dans la prise d’un tel agoniste dopaminergique réside dans le fait qu’il présente un rapport bénéfice-risque surtout pour un traitement prolongé.

C’est dans ce sens qu’il s’avère toujours judicieux de demander l’avis d’un médecin avant de prendre n’importe lequel de ces médicaments afin d’éviter d’autres problèmes et surtout pour que la situation ne risque pas de s’aggraver davantage. Comme astuce de grand-mère, mettre une barre de savon neuve sous le drap-housse au niveau des zones concernées peut s’avérer être efficace pour soulager un SJSR.

Voter
[Total: 0 Average: 0]

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Lire plus :
type de trouble du sommeil
Quels sont les différents types de trouble du sommeil ?

Il existe de nombreux types de trouble du sommeil. Certains peuvent être causés par d'autres problèmes de santé sous-jacents. Les...

Fermer